Chrystel Robin


Pour recevoir les nouveautés de Chrystel Robin, inscrivez-vous ci-dessous.
Vous recevrez un courriel pour confirmer votre inscription.

 

Chrystel Robin

Née à Paris en 1965, CHRYSTEL ROBIN passe la majeure partie de sa jeunesse en Afrique où sa famille est affectée pour raison professionnelle. Ses voyages les plus marquants seront ceux faits au Sénégal et au Maroc où elle vit, pour de nombreuses années une totale immersion culturelle.

De retour en France en 1985, elle débute des études plus avancés à l’école supérieure des Arts et Techniques pour une durée de cinq ans. Elle fut admise par l’entremise d’un concours et y suit une formation en design, en architecture éphémère et en ergonomie.

Elle sera alors, tour à tour, liée à certains projets en design, en décoration intérieure, trompe-l ‘oeil et patinés d’art pour le cinéma et le théâtre puis en scénographie et enfin comme concepteur et illustrateur de CD-ROM pour enfants.

L’occasion d’exposer son travail personnel ainsi que ses croquis de décor et costume se présente au Théâtre en rond en 1990 à Paris. Par la suite, une exposition à la Bastille pour « la mode de Bastille », en peinture, puis une proposition de la part de la Galerie des Arts quotidiens dans les Halles, à Paris toujours… Sa tendance expressionniste est déjà fortement marquée et son désir de peindre se développe de plus en plus. C’est enfin au Québec en 1999, grâce à sa rencontre avec l’artiste peintre Claude Théberge que son idée de persévérer en tant qu’artiste peintre à son tour se confirme. Chrystel Robin va continuer à avancer sur cette lancée remarquable!

 

« Les tableaux de Chrystel Robin sont riches en matière. L’artiste travaille l’espace pictural à l’aide de structures complexes d’où émergent des formes reconnaissables, [parfois moins] mais toujours traitées avec une grande liberté. Son approche confère une impression insolite qui simule le mouvement. Chaque tableau devient ainsi, tel un écran, telle une surface où les formes alternent et où une danse visuelle semble s’animer. Rarement aura-t-on vu un espace inanimé aussi grouillant… » – Robert Bernier – Revue Parcours