Paul Vanier Beaulieu


Pour recevoir nos nouveautés concernant Paul Vanier Beaulieu, inscrivez-vous ci-dessous.

Vous recevrez alors un courriel et vous devrez cliquer sur le lien pour confirmer votre inscription.

Paul Vanier Beaulieu (1910-1996)

Paul-Vanier Beaulieu naît à Montréal le 24 mars 1910.

N’ayant pas d’autres intérêts que celui de devenir peintre il réussit à convaincre ses parents et il s’inscrit à l’âge de 17 ans à l’École des Beaux-Arts de Montréal; l’institution ne lui plaît guère. Il quitte au milieu de sa troisième année. Son rêve est d’aller vivre sa vie à Paris, mais pour ce faire il doit gagner de l’argent. Il devient donc garçon de café et accumule suffisamment d’argent pour partir vers la ville Lumière rejoindre son frère.

Une fois à Paris, il fréquente Picasso, Zadkine, Giacometti et des peintres canadiens comme Dallaire et Pellan. À Paris, il mène une belle vie et y crée abondamment. En 1944, il obtient sa première exposition à la Galerie Henriette Vallot, rue du Vaugiard. Les tableaux trouvent preneurs, au grand plaisir de l’artiste.

Il revient au Québec après avoir passé sept ans à l’extérieur du pays. Il s’intéresse au travail des artistes regroupés autour de John Lyman , Paul-Émile Borduas, Stanley Cosgrove, Goodridge Roberts, Fritz Brandtner, Jack Humphrey et Philip Surrey

Trouvant que le climat artistique du Québec n’est pas aussi éveillé que celui de la ville lumière, il prend la décision de retourner à Paris. Il crée, expose et reçoit des marques d’appréciation des collectionneurs et des critiques. Il entre dans la collection du Musée national d’art moderne de Paris, en 1951. C’est la première œuvre d’un artiste canadien qui est acquise par le musée. Paul-Vanier Beaulieu est reconnu pour avoir touché à tout, en peinture, gravure et aquarelle. Au printemps 1958, il est invité par le conservateur Bernard Dorival à participer au Musée national d’art moderne de Paris, à une exposition intitulée Trois peintres canadiens. Il expose avec Alfred Pellan et Jean-Paul Riopelle.

Il revient définitivement au Québec en 1973, où il continue à peindre avec passion. La nature de la région des Laurentides où il s’installe l’inspire. Il décède le 20 avril 1996 à Saint-Sauveur-des-Monts.

Les œuvres de Paul-Vanier Beaulieu ont été acquises par plusieurs collections publiques d’importance, entre autres, le Musée des beaux-arts de Montréal, le Musée d’art contemporain de Montréal, le Musée des beaux-arts du Canada et le Musée National des beaux-arts du Québec.